LA FRANCE FACE AUX

GRANDS DÉFIS CONTEMPORAINS

Notre projet politique repose sur sept piliers. Ces sept piliers correspondent à sept thèmes majeurs, qui renvoient aux grands défis que la France devra relever dans les années à venir. L’entrée dans le monde contemporain a signifié pour les Français le progrès technologique.  Le numérique régit aujourd'hui nos vies et y a apporté une certaine praticité.


Cependant, la modernité crée aussi chez beaucoup un désarroi, celui qu’on peut ressentir dans un monde où tout s'accélère,
où les repères d’un jour ne sont déjà plus valables le lendemain. À cette désorientation brutale, s’adjoignent des enjeux de dimension planétaire : la croissance démographique, la crise écologique, l’immigration, le terrorisme, la mondialisation financière, la montée des inégalités... La France devra apporter ses réponses à ces grandes questions.


Il lui faudra trouver son propre chemin dans le 21ème siècle tempétueux. Ces grands défis contemporains, nous pouvons les voir comme des menaces. Mais il est aussi permis de les considérer comme une opportunité, celle de travailler tous ensemble, Français, à la construction de la France de demain. Une France du progrès, une France juste et humaine, une France qui tient son rang de grande puissance mondiale. 

01.

LA FRANCE

La France est une grande nation. Elle vient du fond des âges. Son histoire est profonde et jonchée d’exploits. La France a une vocation non négociable à la grandeur et, par conséquent, à peser de tout son poids dans le concert des nations. Cependant, les élites politiques et économiques ont déshonoré notre pays. Depuis cinquante ans, elles entretiennent le dessein de le noyer dans le magma de l’Europe technocratique et de la mondialisation financière. Pour elles, la France est bien trop petite. Ce qu’elle voit comme un « marché » n’est pas à la hauteur de leur cupidité vorace. Pour parvenir à leurs fins, elles n’ont eu de cesse de diviser les Français, les poussant à la détestation mutuelle. Leur règne s’est bâti sur la désunion du peuple. Plus que jamais, nous devons rétablir l’unité nationale. Celle-ci est la condition sine qua non de la restauration de notre grandeur. Seule une France unie pourra faire face avec succès aux grands défis contemporains.

02.

L'EUROPE

L’Union européenne est une construction technocratique. Elle écrase les peuples et méprise les identités nationales. Elle consacre l’hégémonie des plus puissants et l’humiliation des plus faibles. Malgré tout, faire l'Europe est un objectif primordial. Les peuples du Vieux Continent sont faits pour s'entendre. Ils doivent coopérer pour œuvrer à la construction d'un monde plus juste. Une nouvelle Europe doit voir le jour, une Europe sociale, juste et respectueuse des traditions nationales. C'est une Europe des peuples souverains que nous appelons de nos voeux.

 

Comment changer d'Europe ? La renégociation des traités et le frexit sont, sinon des utopies, des promesses en l’air clientélistes. La classe politique, malgré ses élans lyriques, a toujours échoué à rompre le statu quo. Le soulèvement populaire qui persiste depuis le 17 novembre est la seule action qui ait réussi à ébranler le système en cinquante ans. Nous devons étendre ce soulèvement populaire à toute l’Europe pour favoriser dans chaque pays européen la fondation d’une grande force citoyenne dont le but sera d’arriver au pouvoir par la voie des élections régulières. Arrivée au pouvoir, il n'appartient qu'à elle de peser dans le Conseil européen - quitte à user du rapport de force à l'endroit de l'Allemagne - et de nommer son commissaire. Lorsque le soulèvement aura embrasé toute l’Europe, les peuples européens reprendront ensemble le contrôle du Conseil et de la Commission et auront, par conséquent, véritablement le pouvoir de mettre fin au diktat de Bruxelles.

 

En attendant l’aboutissement de ce processus, nos députés européens devront peser de tout leur poids symbolique, à défaut de détenir un pouvoir effectif, pour promouvoir le soulèvement populaire du 17 novembre dans toute l'Europe. Ils utiliseront donc intensivement la capacité de résonnance conférée par leur mandat et joueront les trouble-fêtes dans le jeu européen sinistre. Par ailleurs, ils boycotteront les réunions de salon bruxelloises bourgeoises et stériles et se concentreront plutôt sur la plénière mensuelle de Strasbourg, le seul événement du Parlement, de par la tribune qu'il offre, qui ait une vraie valeur ajoutée. Le temps ainsi récupéré, ils le passeront sur le territoire français à exercer une action locale en fédérant les acteurs locaux pour nourrir la force citoyenne amenée à renverser la table en France. Enfin, pour les quelques textes d’importance votés au Parlement, qui concernent des sujets primordiaux (PAC, environnement, défense, libre-échange, ONU, budget, etc.), ils organiseront concrètement le Référendum d'Initiative Citoyenne et voteront ce que les Français leur diront de voter par l'intermédiaire d'une plateforme.

03.

L'IMMIGRATION

L’immigration n’est pas un sujet illégitime. Ceux qui s’en inquiètent ne sont pas des beaufs racistes. L’immigration et l’identité nationale sont des questions ayant toute leur place dans le débat public. Ne pas les aborder revient à céder à la lâcheté, voire à la bien-pensance. Mais il n'est pas non plus acceptable de se perdre dans la haine de l’autre. Entre ces deux voies extrêmes, celle du pas assez et celle du trop, il nous est permis d’en tracer une troisième, qui consiste à aborder l’immigration de manière saine, sereine et surtout républicaine.

 

L'immigration incontrôlée n'est pas tenable, surtout en des temps difficiles. L'immigration doit être un choix et non une contrainte. Nous devons l'organiser selon nos besoins.

 

Des générations entières d'immigrés ont participé à la construction de la maison France et nous savons ce que nous leur devons. La France est un pays politique, produit de l’association de différentes populations qui ont décidé de former un seul et même peuple. Le processus historique qui a vu émerger la France a également vu émerger un socle de valeurs précises : la liberté, l'égalité, la fraternité, auxquels il faut ajouter la laïcité. L'immigré doit embrasser ces valeurs, qui garantissent l'unité nationale, ce qui ne signifie nullement nier ses origines. En retour, la République, par une politique d'intégration volontariste, lui assure les moyens de devenir un citoyen français à part entière. L'immigration est une réussite seulement lorsque les valeurs françaises sont fermement affirmées.

 

Enfin, il nous faut comprendre l’immigration en tant que système. Si l’Africain vient en France, c’est parce que son continent est maintenu pauvre par un vaste système néocolonial orchestré par nos élites pour bénéficier d’une main-d’oeuvre bon marché. Dans la mondialisation financière, le peuple français et les peuples opprimés du tiers-monde ont, somme toute, le même ennemi: la technocratie. Nous devons aider l'Afrique à se développer par un new deal, c'est-à-dire un partenariat gagnant-gagnant qui protège nos intérêts tout en assurant une relation économique équitable.  L'aide publique au développement est un gaspillage d'argent qui doit cesser. Ce n'est pas en signant des chèques bêtement qu'on résoudra le problème africain, surtout lorsqu'on ne sait même pas où va l'argent.

04.

L'ÉCOLOGIE

Il y a un pacte vingt fois séculaire entre la grandeur de la France et la préservation de la planète. Nos paysans, pendant des siècles, ont travaillé en harmonie avec la Terre-Mère et ont façonné nos paysages. La France est, plus que tout autre pays, le produit de la coopération entre l’homme et la nature. À l’heure où l’humanité doit relever le défi écologique, la France doit montrer la voie. Il lui incombe de mener une politique volontariste afin d’assurer une transition écologique dans l'intérêt des générations futures. L’action écologique à mener ne doit pas être punitive. Jusqu'ici l'écologie a été, sinon un argument marketing, une variable d’ajustement budgétaire. Les Français n'ont plus à être rançonnés. Il faut avoir le courage d'affronter les lobbys et de taxer les véritables coupables de la pollution que sont les compagnies aériennes et pétrolières et les grandes multinationales de la mondialisation. L’action étatique doit être complétée par un grand changement des mentalités pour faire émerger une écologie citoyenne. L’écologie n’appartient à aucun camp politique. Elle est la propriété de tous les citoyens. Elle se fait au quotidien, avec les gens, par des gestes simples. Ce nouveau paradigme nous encourage à relocaliser notre modèle économique en favorisant les circuits courts et les coopérations entre acteurs locaux. 

05.

LA DÉMOCRATIE

La classe politique, plus que par sa compétence, s’est surtout fait remarquer par sa malhonnêteté. La corruption, les magouilles et les petits arrangements entre copains ne peuvent plus demeurer l’horizon indépassable d’une Vème République salie. La République doit être exemplaire et intransigeante. Ses élus doivent symboliser l’abnégation. 

 

La déchéance de la classe politique révèle un mal plus profond, celui d'une démocratie qui n’a plus rien de représentatif. Une minorité de technocrates dicte au peuple ce qu’il doit faire et penser. Cet excès de verticalité est intolérable, a fortiori lorsqu’il émane de dirigeants qui n'aiment pas leur peuple. Un nouveau pacte démocratique doit être établi entre l'Etat et ses administrés. Les gens ordinaires ont également leur mot à dire. Le pouvoir doit s'exercer en partie avec le peuple. Une réforme constitutionnelle d'une Vème République appelée à être maintenue est nécessaire. Cette réforme s'appuiera sur deux piliers. D’une part, des assemblées citoyennes présentes dans toutes les communes permettront à tous les citoyens de participer à la vie politique locale. Celles-ci seront dotées d'un budget et d'un pouvoir de décision. Une partie des élus parlementaires nationaux sera désignée par ces assemblées citoyennes afin de permettre à des gens issus de la société civile de participer aux affaires nationales. D’autre part, l’instauration du Référendum d'Initiative Citoyenne permettra au peuple de décider lui-même de la direction que doit prendre la marche nationale.

 

Enfin, le lien social doit être restauré. L’égoïsme apporté par le libéralisme et le communautarisme promu par les apôtres de la désunion nationale ont mis à mal le vivre-ensemble. La restauration du lien social passera d'une part par la réaffirmation forte de la laïcité à la française, condition sine qua non du vivre-ensemble. Elle appellera d'autre part à des initiatives significatives telles des journées citoyennes afin de recréer une certaine chaleur humaine à une époque où l'individualisme étend son empire. 

06.

LA JUSTICE SOCIALE

Quel monde fou avons-nous laissé s’installer ? Un monde où une minorité s’accapare l’essentiel de la richesse produite. Un monde où certains individus sont capables de gagner plusieurs millénaires de SMIC. Un monde indécent en somme. Le capitalisme prédateur ne peut plus agir comme bon lui semble. Des règles fermes, notamment en termes d'écarts salariaux et de répartition des richesses, doivent être fixées pour fonder une société de la décence. Dans cette société de la décence, la fiscalité devra être juste et pragmatique. Pragmatique, car il faut remettre à plat un système fiscal devenu abscons et inefficace. En particulier, il faut revoir l'ensemble des niches fiscales dont beaucoup sont à supprimer et alléger une fiscalité qui brime l’esprit d'initiative. Juste, car il n’est plus possible de rançonner le peuple tandis qu'une minorité continue de s’enrichir impunément sans contribuer à l’effort national. L’évasion fiscale sera chassée de manière intransigeante et les multinationales seront taxées comme il se doit.

La France a toujours été à l’avant-garde de la question sociale. Son système de sécurité sociale est applaudi par le monde entier. Elle doit affirmer sa vocation humaniste et impulser les grandes réformes qui armeront l'État social pour lui permettre d'affronter une mondialisation financière sans précédent. Ces grandes réformes, elle devra les porter à l'Europe entière et se faire l’initiatrice d’une Europe sociale. Seule l'Europe, emmenée par une France résolue, pourra peser face aux géants tels la Chine, les Etats-Unis et l'Inde pour orienter la mondialisation dans un sens plus humain.

07.

L'ÉCONOMIE

Qui a dit que l’État ne pouvait pas tout? L'État peut beaucoup, mais encore faut-il qu’il en ait la volonté. Cinquante années d’absence de volonté politique ont mis exsangue notre pays, détruisant notre tissu industriel et affaiblissant nos TPE-PME. La volonté, l'État doit la retrouver. Il doit affirmer son rôle de chef d’orchestre de la vie économique. Seul un dirigisme résolu émanant d’un État stratège fort sera en mesure d'instaurer un système économique dont l’homme, et non plus la rentabilité, sera le centre. Nous ne pouvons accepter la tragédie du capitalisme financier, ni nous fourvoyer dans les tenèbres d’un communisme dont l’histoire a démontré l’impasse. La France doit porter la réalité d'un capitalisme à visage humain, fondé sur les principes d'association du capital et du travail, de participation, de transmission et de solidarité. Dans cette nouvelle économie à hauteur d'homme, les petits acteurs (TPE-PME, artisans, commerçants, paysans) seront protégés et favorisés, car là se trouvent les ferments de la France de demain : initiatives de l'économie sociale et solidaire, circuits courts, coopératives, partenariats locaux. Cette relocalisation de l'économie ne doit pas remettre en cause le modèle de la grande entreprise. Nous devons renouer avec la tradition des champions nationaux, qui, sur la scène internationale, seront chargés de faire rayonner le savoir-faire français et contribueront à la grandeur nationale, avec comme règle de conduite le patriotisme économique.

 

Le capitalisme devra aussi être écologique. Il incombe à l'État d'opérer la conciliation de l’économie et de l’écologie. Loin de la croissance définie par le dogme libéral,  une croissance vertueuse, sans doute plus modeste, mais tout aussi profitable, est possible et doit être atteinte. Il en va de la survie de l’humanité.

 
 
 
 
 
 
 
LOGO EC-01.png